Bonjour à tous,

Comme prévu, me revoilà sur ce blog, MON blog, un espace que j’avais délaissé ces derniers temps, préférant Instagram & sa rapidité et sa facilité surtout!

C’est donc en ce mardi que je me suis armée de ma plus belle plume afin d’évoquer avec vous un sujet Oh combien demandé : comment je gère l’éloignement de mes amis et famille suite à mon déménagement!

Vous avez d’ailleurs un article la dessus un peu plus tôt et plus léger sur le blog… je l’avais rédigé en avril soit 3/4 mois après mon aménagement, et aujourd’hui un an jour pour jour après avoir pris un aller simple pour Hossegor, je vous dresse le bilan!

Vous me demandez souvent comment je le gére et surtout si je ne souffres pas d’être loin de mes amis et de ma famille, et a chaque fois je m’éforce de vous répondre sincèrement mais toujours de manière succincte ce qui me frustre toujours car je pourrais en parler pendant des heures!

J’ai donc choisi de vous parler de ce sujet qui me tient a cœur en le découpant en trois parties : le avant, le pendant et le après, rien de bien compliqué, alors prenez un thé ou un café et posez vous quelques minutes avec moi…

1/ Le AVANT déménagement :

Commençons donc par le “Avant”, je vous ai déjà raconté la discussion avec Monsieur, les démarches, je voulais aborder ici un aspect plus sentimental, alors …

C’est bien beau de vouloir tout quitter, l’euphorie laisse ensuite place au stress de l’annonce à nos proches… j’étais affreusement anxieuse d’en parler à ma famille et à mes amies proches!

J’étais un peu le cul entre deux chaises : contente de partir et triste de devoir laisser mes amis et ma famille! Je vous mentirai en vous disant que tout mes proches ont sautés de joie lorsque nous avons annoncé que nous allions quitter Compiègne pour rejoindre les Landes, cela s’est avéré beaucoup plus compliqué à gérer que ce que j’avais imaginé!

Cela a été un véritable déchirement pour ma petite maman, qui a beaucoup pleuré, elle à eu du mal à encaisser le coup et je m’en suis voulue énormément de la “laisser”, on avait tellement de projets ici, et surtout avec elle que je l’ai véritablement vécu comme un abandon.

Mais comme nous a dit mamie (83 ans et toutes ses dents) “mais vivez pour vous mes enfants, j’aurais été vous je serais partie depuis longtemps, allez y!”

Puis l’annonce à ma meilleure amie, au resto entre deux crêpes savoyardes, des larmes ont coulé, laissant place à la bienveillance et des promesses que rien ne changerait (& rien n’a changé n’est ce pas Béa?) entre nous malgré les 900km!

Pour mon autre groupe de copines d’enfance (Oui maintenant je pense qu’on peut le dire #teamvioc) on est un peu toutes exilées au 4 coins de la France donc on s’étaient déjà habituée à ses distances & on à toujours su garder ce lien intacte malgré les années et les killometres! Entre week end à droite & a gauche on a toujours sur rester ce noyau solide!

Mes amies ont bien réagi aussi, j’ai eu le droit à une fête de départ surprise (des larmes, des ballons et du carrot cake), un weekend à Dijon avec des larmes sur le quai, un karaoké à la Cantina exceptionnel & mon peyo à eu le droit à une soirée de départ au RCC mémorable, c’est donc le cœur lourd que nous avons quitté amis et famille.

Enfin nous, euh deja Peyo fin Octobre suivi d’un petit déménagement fin décembre et le vrai départ le 08 janvier avec une énorme valise et ma Croquette sous le bras!

J’ai beaucoup pleuré mais j’ai surtout gardé ce sourire qui fait que tout me semble possible et atteignable!

2/LE PENDANT :

Ça y est il est 9h52, le TGV quitte Montparnasse, Paris et sa pollution, son stress et cette énergie qui ne me fessait plus vibrer du tout et mon ancienne vie : direction Hossegor avec l’océan, l’air pur, le paddle, la “slow life” et surtout LUI!

Nous avons récupéré un petit appart à Capbreton le temps d’aménager dans notre maison fin de l’été, notre petit cocon ou nous étions rien que tout les deux au calme sans le bruit des voisins du dessous (big UP à ma maman & JLoup), sans les picantins qui sonnent toutes les 15 minutes, sans le bruit des voiture sous nos fenêtre…. en gros au CALME les gars!

Les premiers temps pour être honnête, on a pas du tout eu le temps de se poser des questions, entre nouveau boulot, reprise du sport, la belle famille, les copains d’ici, les shot d’air pur de l’océan (que je prenait chaque jour comme ci cela n’était pas réel), les amis qui viennent nous voir le week end, je n’ai pas eu le temps de penser à ce manque pour être tout à fait honnête!

D’autant plus que THANK YOU Steeve Jobs, l’iphone est l’outil parfait pour garder le contact : Facetime, discutions Whatsapp’ entre copines, instagram et ses stories…. on ne perds pas le fil du tout, bien au contraire!

J’ai l’impression de suivre les aventures de mes amis & de ma famille partout grâce à toutes ces appli géniales (Don’t worry on s’appelle quand même aussi beauuuuucoup)

En gros, le seul vrai coup de blues que j’ai pu avoir est le jour de mes 31 ans en Mars ou ce samedi matin je me suis retrouvée seule à lire & écouter mes messages plus mignons les uns que les autres!

(Sentiment vite écourté par mon petit mari, ma belle sœur et mes beaux parents qui m’ont emmené au restaurant pour fêter cela!)

On a eu la chance aussi d’être visité par tout nos amis que ce soit en février sous la pluie^^ ou en juillet/août les pieds dans le sable!

Je clorai ce 2 éme chapitre en vous disant que je me suis vite faite à ce nouveau rythme, je me suis recentrée sur moi même, j’ai pu savoir ou je voulais aller et surtout avec qui!

3/ LE APRES :

Oui, et après ça donne quoi ma petite dame?

Après? Un an après ce virage a 360 dans nos vies je vous avoue qu’il m’arrive d’avoir cette pensée :

” Si on étaient encore à Compiègne, comment serait la vie? que ferions nous? Comment nous sentirions nous?”

Et puis je suis vite sortie de mes pensées par ma petite Caïpi qui me mets un coup de langue!

Oui l’autre grand changement est qu’on a enfin pu réaliser 2 de mes rêves : avoir une maison et …un chien!

Nous avons adopté baby Caïpi le 8 juillet dernier pour notre plus grand bonheur cette petite border collie nous comble d’amour (et de poils partout dans la maison).

Nous avons également aménagé dans notre maison mi septembre, un grand pas aussi dans nos petites vies!

J’ai ensuite changé de boulot début octobre… bref on à pas le temps de s’ennuyer chez nous!

Je pense qu’il en convient à chacun de trouver son havre de paix, pour moi c’est ici, pour d’autres ce sera ailleurs, vous me demandez souvent comment est la vie ici car vous aimeriez venir : venez et faites vous votre idée!

Je préfére Hossegor, des copines Bayonne, d’autres Biarritz…. chacun voit midi à sa porte, donc comme on ne se fait pas une idée sur un lieu via Instagram, j’encourage tout le monde à aller plusieurs fois à l’endroit ou l’on veut habiter avant de se décider (en pleine et basse saison)! Renseignez vous aussi sur le contexte professionnel, immobilier…. il faut prendre en compte plusieurs facteurs avant de changer! Car ce n’est pas le tout de quitter ses racines, si vous n’avez pas de travail, vous aurez beau habiter les pieds dans l’eau, bah la vie sera bien plus compliquée!

On voit souvent des personnes venir habiter sur son lieu de vacances fétiche, alors OUI c’est génial de réaliser son rêve mais il faut savoir aussi qu’un lieu de vacances peu comporter son lot de désillusions : c’est lorsqu’il fait le plus beau que nous avons le plus de boulot!

Je vous avouerai que j’ai de suite trouvé mon équilibre : la plage après une journée de boulot (qu’il soit 17h ou 20h une petite baignade ou une cession surf c’est le top) un moment rien qu’a nous en semaine et le week end direction des spots au calme loin de l’agitation des plages bondées!

Bref que vous rêviez d’habiter à Cassis, Hossegor, Paris ou Saint Malo : écoutez vous et allez au bout de vos réflexions (mieux vaut avoir des remords que des regrets)!

Il faut savoir mûrir ses décisions, et mener à biens ses projets, une fois que tout les voyants sont au vert : FONCEZ!

Je ne le répéterai jamais assez : faites vous VOTRE AVIS!

Vos amis et votre famille viendront vous voir et vice versa, un coup de téléphone, un cadeau envoyé par La poste,… tout les moyens sont bons pour garder le contact et croyez moi c’est trés simple!

Le dernier avantage je dirais, c’est que maintenant je sais qui sont mes amis!

Un changement engendre aussi son lot de bouleversements, assurez vous d’être surs de vos choix et bien dans votre tête!

Pour finir, je reçois très souvent des messages sur instagram me demandant comment j’ai fait, comment je me sens, comment le gère,… vous avez maintenant ma réponse!

A bientôt!

4 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *